pourquoi s’interesser à l’impact carbone de son épargne ?

Pour se laisser une chance d’éviter les scénarios noirs en matière de changement climatique, le monde a dix ans pour investir massivement dans les technologies vertes (efficacité énergétique, énergies renouvelables, etc.) et délaisser les technologies les plus polluantes. A l’échelle mondiale, l’investissement annuel nécessaire représente sept fois l’ampleur du plan Marshall, à maintenir pendant plusieurs dizaines d’années. Pourtant, chaque année, les sommes investies dans l’exploration pétrolière représentent encore trois fois celles investies dans les technologies propres. Les investisseurs continuent à financer l’économie polluante d’hier plutôt que l’économie verte de demain. Une transition rapide doit donc s’opérer, dont les banques et les épargnants détiennent la clé.
Pour en savoir plus :

comment a-t-on calculé l’empreinte carbone de l’épargne

La méthode de calcul utilisée a été développée par des banques, des associations environnementales et des experts réunis au sein d’une association. Elle consiste à évaluer les émissions de gaz à effet de serre directes (ex : usines) et indirectes (ex : utilisation des produits, fournisseurs) de chaque activité économique financée par les banques ou les produits d’épargne. Les calculs ont été effectués par le cabinet Utopies,
à partir des bilans financiers des banques et de statistiques sectorielles.
Les données statistiques utilisées sont celles de la société suisse Inrate.

fichier pdf Téléchargez la méthodologie
fichier pdf Téléchargez le classement commenté des banques